Quel avenir pour le Volley en France ?

Analyse du Volley actuel, des propositions de développement, des nouvelles formules sportives, des nouvelles pratiques sportives, des axes de communication, etc...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les pleureuses de subventions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
manunoumea



Messages : 6
Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Les pleureuses de subventions   Dim 31 Mai - 0:16

Il y en a assez des clubs qui pleurent des subventions.....et qui menacent d’arrêter.
Une montée cela se prépare, il doit y avoir des réunions régulièrement avec les élus, et pas des demandes de financement au dernier moment.
Également dans le contexte économique actuel, on ne peut plus avoir les subventions d'il y a 5 ans pour le sport professionnelle. Il faudrait revoir un peu les budgets et les frais de fonctionnement à la baisse.
En tout cas, j'en ai marre de ces pleureuses de Président à moitié menteur (entre on nous avez promis, sinon on arrête, ou des QATARIS avaient dit qu'il nous financerai....)
Maxéville/Nancy Volley
Le Hainaut Volley
Saint-Brieuc
Vannes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigilance Volley

avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 05/05/2015

MessageSujet: Re: Les pleureuses de subventions   Lun 1 Juin - 17:18

Parfaitement exact.
C'est l'insertion du volley fd dans la société actuelle qui n'existe pas.
On fait du volley 'hors sol', depuis très longtemps, sans se préoccuper de l'enracinement social.
Alors que c'est une activité très populaire, malgré les apparences : il y a une attente et un potentiel énormes partout.
Si les clubs pro se mettaient à animer leur région, en encourageant des vocations, des activités régulières volley, même sans compétition, ils auraient bien plus de succès, de spectateurs, de supporters, et de sources de financement.
En ne se préoccupant que d'améliorer leur classement au championnat, et presque toujours cela se limite au budget de recrutement, ils passent à côté de beaucoup d'occasions.
Une autre piste est de parvenir dans ces gros clubs à proposer systématiquement la totalité des pratiques possibles, avec un volley inclusif (volley assis, mixte, mil, peps, santé, initiation, sourds, handicap mental, ...) : leurs vedettes permettent d'asseoir facilement la popularité de chacune.
Exemple GB : le passeur de l'équipe nationale s'est dévoué pour le vb assis, avec une aura et un succès incroyables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
manunoumea



Messages : 6
Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: Les pleureuses de subventions   Lun 1 Juin - 23:10

C'est surtout le comportement des Présidents qui sont surtout la pour ce montrer et qui pense que les subventions vont venir tout seul car on est dans tel division ou que l'on monte, puis qui jette l'éponge en laissant un club en N2 ou en région.
Voici des passages de la presse:
Le Hainaut
Dans les calculs du président, le montant manquant de la Ville (30 000), les rallonges de Valenciennes Métropole (50 000) et de la Région (20 000) permettaient de sauver le club. Les 100 000 restants ? Partagés entre un partenaire privé bien connu au VAFC et... des Qataris. « On a les mails. Ils voulaient donner 150 000 € fin mai début juin et 250 000 la saison prochaine. Mais à condition que tout le monde y mette du sien. On épongeait tout et on partait sur un beau projet. »
Saint-Brieuc Côtes-d'Armor
Subventions jugées insuffisantes, manque de reconnaissance de la ville : les dirigeants du Saint-Brieuc Côtes-d'Armor Volley-ball ont décidé de jeter l'éponge
le club demandait 250.000 € au Conseil départemental, 120.000 € à la ville de Saint-Brieuc et 40.000 à l'Agglo pour un budget de 750-800000€
etc....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigilance Volley

avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 05/05/2015

MessageSujet: Re: Les pleureuses de subventions   Lun 1 Juin - 23:20

le texte "fédéraste, vas mourir dans la forêt !" ag ffvb 2012 expose mon point de vue sur ceux qui viennent se servir

http://extranet.ffvb.org/data/Files/proces_verbaux/ag/ag2012/pvag2012_pacy_annexes_cdp_developpement.pdf

Cela étant, je n'ai pas de solution facile : il faut prendre des risques, impliquer beaucoup de passionnés, écouter, déléguer, et accepter de se faire contrôler sur des résultats mesurables (p ex nb de licenciés) par rapport à des objectifs annoncés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
manunoumea



Messages : 6
Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: Les pleureuses de subventions   Ven 5 Juin - 0:13

En plein doute quant à son avenir en Ligue AM, Maxéville-Nancy ne digère pas l'attitude des collectivités à son égard : « Cela fait quinze jours qu’on nous fait tourner en rond…, peste Michel Hentzen, le manager général du club lorrain, dans L'Est Républicain. Il suffirait d’une rallonge de 200 000 €, un euro par habitant de l’agglo ! Voilà des gens qui ont droit de vie ou de mort sur nous. Ils nous piétinent. (…) En dehors du couple football-basket on ne veut rien d’autre ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
manunoumea



Messages : 6
Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: Les pleureuses de subventions   Ven 5 Juin - 0:15

Mougins lui a compris
Après trois échecs en play-offs d'Elite Féminine, Mougins n'est pas parvenu à monter en Ligue A. C'est le moment pour le Président du club d'actionner le frein à main.

Il y a moins d'un mois, quelques heures après la fin de play-offs d'Elite Féminine, cette phrase: "Le championnat Elite se termine à une quatrième place synonyme de grosses déceptions. Arrive le temps de la réflexion sur le futur projet du club et sur les ambitions pour la prochaine saison. Cannes et le Cannet-Rocheville resteront les seules équipes du 06 en première division pendant encore un moment. Une question de survie pour le MOM.

"Pendant deux saisons nous allons stabiliser le budget." Coup de tonnerre dans le monde du volley des Alpes-Maritimes : Mougins fait une pause dans sa quette de Ligue A. Après trois échecs en play-offs, Frédéric Pastorello, le Président, souhaite assurer ses arrières. En effet, depuis quelques semaines, un nombre incalculable de clubs baissent le rideau : finances dans le rouge. Alors, le groupe va être chamboulé. Seules quatre à cinq joueuses vont rester et des jeunes vont arriver même si rien n'est encore signé. "L'objectif sera les pay-offs pour ne pas se faire peur", explique Pastorello. Marie Tari restera sur le banc malgré les échecs en play-offs. "Le fonctionnement depuis sept ans me convient parfaitement."

Pour atteindre la première division, le club doit trouver un engouement populaire. Une absence qui le prive de la venue de financeurs et donc, d'une joueuse leader qui ne peut pas tomber du ciel. "Nous avons notre capitaine qui tient parfaitement le rôle de lien dans l’équipe. Il nous manque une aboyeuse. Il est clair qu’avec le budget de Vandoeuvre ou de Quimper, nous serions depuis bien longtemps en LAF, mais nous devons faire avec nos moyens et être extrêmement vigilants." En effet, l’hécatombe est terrible... De plus, le club a pour ambition d'ici 2017 ou 2018 de remonter en Nationale 2 avec les garçons et ce n'est pas gratuit, même si l'équipe est composée, presque exclusivement, de garçons formés au club.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigilance Volley

avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 05/05/2015

MessageSujet: Re: Les pleureuses de subventions   Ven 5 Juin - 0:50

Les déclarations du pdt de Mougins comportent un aveu considérable :

"Pour atteindre la première division, le club doit trouver un engouement populaire."

On comprend que le club de Mougins fait lui aussi du volley hors sol, sans racines, sans lien avec la population locale.
Et tous ces clubs qui visent le plus haut niveau sont coupés de la base populaire, et donc esclaves des sponsors et des subventions.
Ce n'est pas le volley dont nous rêvons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TVBreizh



Messages : 15
Date d'inscription : 30/04/2015

MessageSujet: Re: Les pleureuses de subventions   Ven 5 Juin - 8:57

Même avec un public présent, un club pro ne peut fonctionner sans sponsors ni subventions.
Les clubs amateurs même ne peuvent fonctionner sans subventions. Que ce soit pour l'inscription en championnat au dessus du niveau départemental ou plus encore dans l'objectif d'avoir des entraineurs salariés, passage quasi-obligé pour avoir des entraineurs d'un niveau réellement intéressant pour former les jeunes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigilance Volley

avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 05/05/2015

MessageSujet: Re: Les pleureuses de subventions   Ven 5 Juin - 12:03

Quand les représentants d'une collectivité (subventionneuse) viennent assister à des rencontres de volley, ils ont l'impression de s'être fait avoir !
- certitude que sans la subvention publique, le club disparaît : cette tension devient, de plus en plus,  facile à dénouer, n'est ce pas ?
- public clairsemé
- beaucoup de public factice (non payant)
- pas d'interaction organisée avec les populations locales
- pas d'insertion dans les actions sociales de la collectivité
- vision très claire d'un volley 'hors sol', déraciné, qui pourrait aussi bien déménager si l'herbe est plus verte ailleurs
=> le cercle vertueux du financement existe, à partir d'un engouement populaire local, que les subventions publiques accompagnent plus volontiers

Le sponsoring privé, c'est autre chose : exigence d'un retour (médiatique) sur investissement, refus de toute dépense non indispensable pour gagner, loi de la jungle qui créée les aberrations comme le rc cannes, vainqueur sans opposition de toutes les batailles de recrutement
attention : le rc cannes, c'est une très belle aventure ... solitaire et non partagée !
=> le sponsoring privé a besoin de résultats, mais aussi d'un public nombreux et conquis, qui s'identifie, se passionne, est invité à de nombreuses actions de popularisation du volley, à créer des clubs soutenus par le plus gros, ...

Nous avons dit que cette fd a de la chance : pas assez d'argent pour attirer les requins / mais cela ne concerne pas la lnv ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les pleureuses de subventions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les pleureuses de subventions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Les subventions européennes aux pêcheurs..."
» [Débat] Budgets, subventions, salaires: l'argent dans le volley
» avis aux chasseurs: élections à la fédéretion du 62!!!
» Ca risque de changer.
» Réforme des championnats

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quel avenir pour le Volley en France ? :: Compétitions :: Elite-
Sauter vers: